Aller au contenu principal

La Mesure d'impact social

Publié le 23/07/2020

  • La démarche de Mesure d'impact social est de plus en plus utilisée, notamment par les projets de l'Economie Sociale et Solidaire : mais qu'est-ce que c'est ? pourquoi en faire une ? et par où commencer ? 
    Avec InSite nous nous sommes penchés sur la question, et nous vous partageons aujourd'hui quelques notions de base et ressources pour mener à bien votre propre mesure d'impact social.
     

    Pourquoi mesurer son impact social ?

    La Mesure d'impact remplit deux principaux objectifs :

    • "Prove" : L'objectif est de prouver l'utilité des actions menées, de montrer qu'elles ont un impact positif sur les bénéficiaires et la société en général, et ensuite mieux communiquer sur ce sujet auprès des partenaires et du grand public.
    • "Improve" : La mesure d'impact sert également à évaluer ce qui fonctionne bien ou moins bien afin d’améliorer les actions menées et d'en maximiser l’impact auprès des bénéficiaires et sur la société. Elle constitue ainsi un outil de pilotage stratégique précieux.
       

    Qu'est-ce que la mesure d'impact ?

    La démarche de mesure d'impact consiste à identifier les impacts d'une organisation et à les mesurer. On peut mesurer des impacts de types différents : territoriaux, sociaux, environnementaux, économiques, politiques, sociétaux, etc.

    Pour chacun de ces impacts, on pourra en mesurer :

    • La pertinence : est-ce que les actions mises en oeuvre répondent à un réel besoin ?
    • L'efficacité : est-ce qu'on a atteint les objectifs qu'on s'était fixé sur cet impact ?
    • L'impact net sur la société : parmi les changements sociétaux observés, qu'est-ce qui est directement imputable à nos actions ?
    • L'efficience : par rapport aux ressources investies dans la réalisation de cet impact, est-ce qu'on a maximisé les effets produits ?
       

    Les grandes étapes de la démarche de mesure d'impact

    Une démarche de mesure d'impact social se décline en 5 grandes étapes.

    1. Le cadrage

    Il s'agit de répondre à trois grandes questions préalables :

    • Pourquoi faire une mesure d'impact ? A quoi ça va nous servir ? En quoi est-ce pertinent ? Qu'est-ce qu'on en attend ?
    • Comment réaliser cette mesure d'impact ? En interne ou en faisant appel à un prestataire externe ? Avec quelle répartition des tâches ? Quelles ressources ?
    • Quand la mettre en oeuvre et avec quel planning

    2. La structuration

    C'est sans doute l'étape la plus importante de la démarche : il s'agit de définir de manière collective ce qu'on souhaite mesurer et comment le faire.

    Avant toute chose, il s'agit de clarifier la raison d'être de l'organisation : pourquoi est-ce qu'elle existe ? On peut décliner ce travail en 4 étapes :

    • Identifier le défi sociétal que l'on souhaite résoudre : faire un constat sur la société et formuler la problématique à laquelle l'organisation essaie de répondre
    • Formaliser le rêve de l'organisation : quel est l'idéal sociétal que l'on souhaite atteindre ?
    • Définir la mission de l'organisation : quelle est sa contribution à cet idéal ?
    • Détailler les actions mises en place pour remplir cette mission : concrètement, que propose l'organisation ?

    Ensuite, il s'agira de construire la démarche de mesure d'impact à proprement parler en mobilisant des représentants de toutes les parties prenantes de l'organisation (salariés, bénévoles, bénéficiaires, financeurs, partenaires, etc.) :

    En se basant sur la raison d'être de l'organisation, il s'agit en premier lieu d'identifier les impacts que l'on souhaite mesurer et les différentes parties prenantes.

    Ensuite, on choisit ensemble les indicateurs, il en existe 3 types :

    • Les indicateurs d'activité : ils mesurent les actions menées par l'organisation pour remplir ses objectifs (ex : on a organisé X événements, développé X outils, recruté X personnes, etc.)
    • Les indicateurs de résultat : ils mesurent les effets directs des actions menées (ex : grâce à nos actions, nos bénéficiaires ont développé telle compétence, ont construit tel projet, etc.)
    • Les indicateurs d'impact : ils évaluent les conséquences plus larges, sociales, économiques, environnementales, dues aux actions de l'organisation (ex : changement de mentalité à grande échelle, etc.)

    Après ça, ou en parallèle, on définit ensemble la méthode de collecte de données que l'on veut utiliser, il en existe 4 types :

    • La méthode qualitative : entretiens, études de cas (permet de qualifier les impacts, d’explorer)
    • La méthode quantitative : questionnaires, études statistiques (permet de mesurer l’ampleur des impacts, de tester)
    • La randomisation : comparaison avec un groupe test
    • La méthode monétaire : par exemple 1 € investi = X € de valeur sociale

    Pour une première mesure d'impact, on privilégiera d'abord les 2 premières méthodes, plus faciles à mettre en place.

    3. La collecte de données

    On entre ensuite dans la phase de collecte de données. Sur la base des décisions prises avec les différentes parties prenantes il s'agit de :

    • Créer les outils de collecte de données (questionnaires, etc.)
    • Valider le plan d'action : calendrier, répartition des tâches, etc.
    • Communiquer auprès des différentes parties prenantes sur cette démarche de mesure d'impact : à quoi ça sert ? qu'est-ce qu'on attend d'elles ? etc.
    • Collecter les données auprès des différentes parties prenantes

    4. L'analyse

    Une fois les données collectées, il faut les compiler et leur donner un sens, analyser les résultats, tirer les conclusions, isoler les données les plus pertinentes et les mettre en forme pour pouvoir les utiliser.

    5. L'utilisation

    Enfin, dernière étape (et la raison de toute cette démarche), on peut utiliser les résultats de l'analyse pour :

    • communiquer auprès de ses partenaires et du grand public,
    • piloter la structure, réorienter et/ou développer certaines actions pour augmenter l'impact de l'organisation.
       

    Quelques conseils et règles d'or

    La devise d'une mesure d'impact réussie :

    • Simplicité : les données doivent être faciles à collecter et les résultats facile à comprendre,
    • Implication des parties prenantes : tout le monde doit jouer le jeu et, pour cela, être impliqué dans la démarche dès le début,
    • Mutualisation : utiliser des indicateurs existants (INSEE, etc.) et éventuellement mutualiser des indicateurs avec d’autres acteurs du secteur / territoire.

    Pour garantir la qualité et la crédibilité d'une mesure d'impact il est souvent conseillé de faire appel à un prestataire externe (cabinet de mesure d'impact) : une bonne idée si vous avez les fonds nécessaires !
    Sinon, vous pouvez aussi faire dans un premier temps une mesure d'impact "maison", relativement légère, par exemple en permettant à un ou plusieurs de vos membres de se former en ligne.
     

    Des ressources utiles